Galion La Trinité

L’histoire

à découvrir

Le domaine du Galion, qui doit son nom à la proche rivière éponyme, ne nous livre que peu de choses de son histoire. Au XVIIème siècle, il appartenait, avec la majeure partie des terres de La Trinité, à la sulfureuse famille Dubuc, dont les premiers descendants s’étaient révoltés contre l’autorité du Roi.

Au XIXème siècle, Eugène Eustache acquiert le domaine aux enchères. En 1862, il confie à Émile Bougenot, ingénieur des Arts et Métiers, la tâche d’y construire la rhumerie et la sucrerie qui constitueront la deuxième usine centrale de l’île. D’une rare modernité, le domaine regroupe alors jusqu’à quinze habitations qui assurent la production de la canne.

Émile Bougenot continue de favoriser l’essor de l’exploitation en permettant, notamment, à Marius Hayot d’élaborer le rhum Grand Arôme. Ayant assuré la reconnaissance et la prospérité du Galion, il en délègue la gestion à Joseph de Laguarigue avant de regagner la métropole. Dès 1905, de nouveaux équipements sont installés pour pallier une production affaiblie par la baisse des cours, les cyclones, la sécheresse et l’éruption de la Pelée. De nouvelles espèces de cannes à sucre, à plus forts rendements, sont introduites.

Durant la première guerre mondiale, les exportations de rhum — qui entre dans la fabrication d’explosifs — reprennent au détriment du sucre, moins rémunérateur. Mais avec la fin de la guerre, les commandes massives de l’État cessent. C’est à nouveau la crise. On se (re)tourne alors vers la production de sucre, mais avec de grandes dif ficultés.

Progressivement, les unités de production sucrières et rhumières sont séparées des domaines agricoles pour être cédées. Alors que la plupart d’entre elles cesse de fumer, le Galion résiste. Au début des années quatre-vingts, l’usine est reprise par une société d’économie mixte sous l’impulsion du Conseil général : la filière "canne-sucre-rhum" est sauvegardée — et avec elle, le lien de l’Histoire.

 

Les secrets

à partager

Pendant toute la campagne sucrière (de février à juin), l’usine dévoile les dix grandes étapes de la fabrication de sucre ainsi que les secrets de la distillerie Grand Arôme.

Les visites guidées s’effectuent du mardi au vendredi de 9h à 17h, le samedi de 9h à 12h et se concluent par une dégustation. Tarif de groupe et entrée gratuite pour les enfants de moins de douze ans.

 

 

Les produits

à savourer

Le rhum Grand Arôme 47 % vol., à fort pouvoir aromatique ; le rhum Grand Fond Galion (50 et 55 % vol.) ; le rhum brun (42 % vol.) ; le sirop batterie et le sucre le Galion.

 

Les chiffres-clés

à retenir

Soit 150 employés en campagne ; quantité de cannes broyées annuellement : entre 75.000 et 100.000, soit 1 600 tonnes par jour ; production de mélasse : plus de 3 millions de litres ; production de rhum de sucrerie : 2,5 à 3 millions de litres.